Démarche artistique

Incomplète, trompeuse et biaisée telle est la nature de la réalité perçue par nos sens. Les installations de ContinuumC soulignent ce constat en questionnant notre façon de la penser et proposent d’accéder à un modèle perceptif différent, teinté d’acquis de mécanique quantique et d’une vision orientale de la matière : vacuité, absence d’existence propre des entités, interdépendance des phénomènes.

La réalité que nous percevons n’est pas pleinement extérieure. Le regard sélectionne, trie et transforme le perçu. Nous construisons les images autant que nous les recevons. Notre réalité est interférentielle. C’est dire qu’il est possible, comme le disait Shakespeare, de changer les choses en changeant de regard. Cette connaissance des mécanismes de la perception visuelle est indispensable pour accéder à la conscience d’une réalité parfaitement modulable.

La perception influence radicalement le perçu ! En physique quantique, l’observation modifie l’observé. Parce qu’il faut d’abord oublier ses propres références pour s’ouvrir à une perception nouvelle, ContinuumC invite l’observateur à briser ses repères en lui proposant des espaces méditatifs construits autour de dispositifs trompe l’œil, de mise en mouvement, de boucles hallucinatoires vidéo.
Depuis le 25 mai 2013, date à laquelle il se fait graphiquement disparaître sur un collage urbain, Thierry Chassagnac, alias ContinuumC, ne signe plus ses œuvres.

Partisan de la primauté de l’œuvre en tant que telle au détriment du CV de l’artiste bien souvent plus déterminé par les vicissitudes d’un marché de l’art que l’on peut juger biaisé que par l’artisticité même de sa création, Chassagnac se définit comme l’extrémité éphémère d’un continuum humain à l’opposé d’un égo producteur d’art.

portrait-thierry-chassagnac